[Thread]… by @noearoyer

[Thread] Comment l’Union européenne fondée sur l’impératif économique, concurrentiel et compétitif ne peut plus croire à la croissance. Ou, pourquoi la Commission européenne va peut-être bientôt devenir décroissantiste (du moins non-croissantiste). (1/26)

twitter.com/olivier_fontan…

En effet, l’Agence Européenne de l’Environnement @EUEnvironment dans ce briefing du 11 Janvier 2021 déclare : “Le découplage total de la croissance économique et de la consommation des ressources pourrait ne pas être possible”. C’est quoi le découplage du coup ? (2/26)

Depuis un siècle, nous vivons une belle période de croissance économique. Cependant, cette croissance s’est accompagnée d’une augmentation de la consommation des ressources, comme on peut l’observer sur cette figure (GDP=PIB). (3/26)

Ce qui fait tout à fait sens : si vous voulez produire davantage de biens et services (donc augmenter votre PIB/être en croissance), vous devez consommer davantage de ressources (capital physique – facteurs de production).(4/26)

Et au XXe siècle, avec l’immense progrès technique™️ et les transitions démographiques, la croissance économique a bondi avec une magnifique courbe en forme de crosse de hoquet. (5/26)

Aparté : si personnellement j’ai découvert le graphique en crosse de hoquet à l’occasion d’un cours d’économie, il vient au départ d’une représentation de la température terrestre depuis un millénaire.(6/26)

Revenons à notre affaire de découplage. A terme, nous allons avoir un problème : notre planète est *finie* dans un sens biophysique (on ne peut pas consommer plus que ce que nous avons). (Je vous mets @JMJancovici juste pour le plaisir des yeux) (7/26)

Par exemple, il y a un moment où le pétrole (une ressource à la base de notre civilisation thermo-industrielle comme dirait l’autre) va se raréfier (il y en aura moins), donc augmenter de prix, puis il n’y en aura plus. 🥳 (Entendons-nous, ça ne va pas arriver immédiatement,8/26)

Encore que… Bref, vous me direz : on va tous mourrir s’il n’y a plus de croissance ! Si nous n’avons plus de ressources, étant donné que croissance économique=consommation de ressources naturelles, nous n’aurons plus de croissance (et on va tous mourrir!!??). (9/26)

C’est là qu’arrive LA solution économique : le découplage. Le découplage consiste à dire : croissance économique≠consommation de ressources. Autrement dit, nous n’aurions plus besoin de consommer (autant) pour croître économiquement. (10/26)

C’est quand même une chouette idée (au coeur du Green New Deal européen et tutti quanti) : on réduit la part de consommation des ressources (naturelles) par unité d’activité économique. C’est magique non ? Enfin pas magique : c’est le progrès™️. (11/26)

Effectivement, si on utilise moins de ressources pour produire, c’est qu’on est plus performant. This is le développement durable/la croissance verte (une perspective de croissance qui intègre les contraintes économiques et sociales). (12/26)

Dans le cas du pétrole : soit on en consomme moins pour produire une même quantité d’énergie, soit on a trouvé un système plus viable/productif. On se base sur le progrès. (13/26)

Deux problèmes : déjà, même si on augmente notre productivité, il y aura bien un moment où nous n’aurons plus de ressource (à moins d’en fabriquer à partir de rien mais Lavoisier va pas aimer). Donc croissance verte, infinie dans un monde fini c’est… (14/26)

A moins de “rien créer, rien perdre, tout transformer” (une boucle de recyclage à très grande échelle – vous mettez tout dans la poubelle jaune), soit une économie entièrement circulaire. Mais comme l’énonce @EUEnvironment et je cite “100% de circulaire est impossible”. (15/26)

Ensuite, tout cela se base sur l’idée de progrès technique. Donc “la technologie va tous nous sauver”. En augmentant la productivité… mais : paradoxe de Jevons et effet rebond (16/26)

bonpote.com/propos-5-parad…

Puis, ne compter que sur le progrès, c’est un peu attendre un miracle pendant que la température moyenne du globe augmente irrémédiablement et beaucoup trop vite, la crise de la biodiversité, et l’atteinte proche des limites planétaires, etc. Bref : miracle. (17/26)

Pendant ce temps, le club de Rome (le cercle des poètes disparus version capitaliste et scientifique) a commandé en 1970 (+ 50 ans 🥳) un rapport sur “Les limites de la croissance” à des chercheurs du MIT, notamment le couple Meadows. (18/26)

Les chercheurs construisent des projections du monde avec une modélisation dénommée “world3” (5 variables, tout étant interdépendant). Il y a deux limites à la croissance infinie : pénurie de matières premières et hausse insupportable de la pollution. Ca donne ça. (19/26)

Les conclusions sont claires : si on cherche une croissance économique infinie, on dépassera nécessairement les limites matérielles terrestres, suivi d’un effondrement (c’est notamment la courbe population). (Ici la projection business as usual, p.23-24 conclusions)(20/26)

BREF : la croissance économique infinie semble impossible et destructrice. Et même le “développement durable”, oxymore s’il en est, ne pourrait pas marcher (puis, comme le dit Meadows “It is too late for sustainable development, now it’s time for resilience”, 2012). (21/26)

C’est là que l’Union, originellement Communauté européenne du charbon et de l’acier fondée sur le concept de croissance économique, vient nous sauver : le découplage absolu est impossible (@EUEnvironment), mais nous devrions penser à une autre forme de croissance. (22/26)

“Une croissance infinie des valeurs existentielles humaines, telles que la beauté, l’amour et la bonté, ainsi que de l’éthique, est possible. (…) Comme l’a souligné le vice-président de la Commission, Frans Timmermans, la nécessité d’un changement transformateur… (23/26)

amplifiée et accentuée par la pandémie COVID-19, appelle à repenser profondément nos activités à la lumière de la durabilité.” (24/26)

Si les agences européennes admettent l’impossibilité d’une croissance économique infinie, la Commission ne devrait pas tarder à suivre. Le découplage absolu n’arrive pas. Alors, si on est prêts, on peut peut-être penser au “monde d’après” ? (25/26)

Sources (pas citées intext): “Growth without economic growth”, un rapport de @EUEnvironment (2021) “Decoupling natural resource use and environmental impacts from economic growth”, un rapport de @UNEP (2011) (26/26)

eea.europa.eu/themes/sustain…

wedocs.unep.org/handle/20.500.…

Posted in fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *